Voici le numéro d’URGENCE qu’il faut appeler en cas d’une agression sexuelle ! Cela peut sauver des vies !

Le numéro peut vous être utile



Vous avez été victime  ou témoin d’une agression sexuelle et vous ne saviez pas qui appeler pour qu’on vienne vous secourir ? Ces deux numéros pourraient vous sauver la vie et par la même occasion arrêter votre agresseur.

La semaine dernière, une journaliste s’est justement faite agressée dans les transports en commun. Du coup, elle a décidé de sensibiliser les gens qui ne se rendent pas compte ce que l’agression occasionne sur les personnes victimes de cet acte. 

Il a fallu un viol pour que les numéros soient créés

La plateforme est gérée par la SNCF et le service est disponible 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Mis en place en 2010, le numéro SMS 31177 a donc été lancé en 2015, avant d’être complété par l’application Alerte 3117 en juin 2016 afin d’avoir une meilleure transparence sur la source de l’information.

« La plateforme existe depuis vingt ans. Elle gérait les appels émis depuis les bornes d’urgence des quais, explique Jean-François Coudron, animateur du réseau sûreté du Transilien. En 2010, à la suite du viol d’une jeune fille dans le RER D, on a voulu créer un numéro unique, le 3117, que les usagers peuvent utiliser en cas de besoin. Puis, les voyageurs ont demandé des moyens plus discrets de nous contacter. D’où la création du numéro sms, 31177».

La journaliste Nassima Driouach a tenu à faire passer un message suite à son agression

Ce n’est qu’après l’agression qu’elle a pris connaissance des deux numéros.

Finalement, ce sont des voyageurs qui se interposés entre la journaliste sportive et son agresseur. L’homme a finalement été jugé coupable, il a été condamné à 18 mois de prison ferme avec quatre mois de soin et l’interdiction d’aller à la gare de l’Est.

Voici une vidéo qui explique comment réagir face à ce type d’agression:

Partagez un maximum l’information pour que toutes vos connaissances enregistrent les numéros !

--- On vous recommande ---

Likez notre article sur Facebook


A LIRE AUSSI: