Ce bébé orang-outang ressemblait à une momie quand il a été retrouvé, mais sa transformation est incroyable


Gito n’était qu’un petit bébé lorsqu’il a été découvert dans un piteux état en 2015. Il avait été acheté pour la modique somme de 25 euros par son ancien propriétaire, mais après que sa maman soit morte, ce dernier l’a abandonné dans une boîte de carton alors qu’il n’avait que deux mois.

C’est donc sous un soleil ardent, trempé dans son urine et ses excréments que ce petit orphelin a été retrouvé. Il était si méconnaissable que ses sauveteurs avaient pensé qu’il allait y rester…

Gito was found left in a box and suffering from sarcoptic mange Credit: International Animal Rescue/PA Wire

Publié par COPAL कोपल sur lundi 28 décembre 2015

Une petite momie

Délaissé ainsi, le petit Gito avait la peau grise et il était presque chauve. Il ne bougeait pas et ses sauveteurs trouvaient qu’il ressemblait étrangement à une petite momie. « Nous avons d’abord pensé qu’il était mort. Il restait recroquevillé, les bras autour de son poitrail, sans poils et avec une peau grise, il semblait presque momifié dans cette boîte en carton » explique les volontaires d’International Animal Rescue au quotidien The Dodo.

Gito when he was first rescued: https://www.internationalanimalrescue.org/gito

Publié par International Animal Rescue sur mardi 13 décembre 2016

Mais heureusement, il était toujours en vie et il avait donc une chance de s’en sortir !

Il a failli y rester…

Son état indiquait qu’il y avait urgence puisque Gito était déjà très faible. Miraculeusement, il avait tenu le coup durant les neuf heures de route en moto qui menaient vers la clinique vétérinaire la plus proche. Là-bas, il a pu recevoir les premiers traitements. Mais il fallait également trouver une solution pour le nourrir convenablement, car il était encore en âge d’être allaité par sa maman…

Our team of expert vets are doing all they can to ease Gito's pain and help him to recover but we need your help…

Publié par International Animal Rescue sur vendredi 16 octobre 2015

En outre, Gito a développé une maladie de peau et il fallait également la soigner.

Un vrai battant !

Quelques mois plus tard, le petit Gito a commencé à reprendre du poil de la bête. Il a retrouvé sa belle fourrure orange et sa maladie de peau s’en est allée. Grâce à une bonne alimentation, le bébé frêle et chétif s’est transformé en un jeune orang-outang beau, vif, souriant et amoureux de la vie ! D’après International Animal Rescue, il est aussi devenu un petit gourmand, il est surtout friand de fruits et de collations du genre.

Regardez comme il est beau :

HAPPY THANKSGIVING TO OUR AMERICAN SUPPORTERS!Little rescued orangutan Gito has a lot to be thankful for this…

Publié par International Animal Rescue sur jeudi 26 novembre 2015

Évidemment, ses sauveteurs pensent un jour le relâcher, mais pour qu’il puisse retourner vivre dans la nature, il faudra d’abord qu’il s’y prépare. C’est pourquoi le petit Gito fait désormais partie d’un programme de réhabilitation de l’association Animal Rescue.

Préparé à la vie sauvage :

Publié par International Animal Rescue sur mardi 3 mai 2016

Gito vit donc actuellement dans une forêt bien fermée et protégée avec d’autres jeunes orangs-outangs qui ont vécu la même expérience que lui. Ensemble, ces bébés apprendront à vivre comme des adultes, à grimper aux arbres, à construire leur maison et à chercher de la nourriture sans l’aide de personne. Les employés chargés de cette mission devront d’ailleurs se comporter comme leurs parents pour leur apprendre tout cela, jusqu’à ce qu’ils atteignent six ou sept ans.

Best friends Gito and Asoka looking happy and healthy, enjoying their time up in the trees! A beautiful sight 🙂

Publié par International Animal Rescue sur jeudi 28 Janvier 2016

« Les animaux souffrent et meurent à cause de la destruction systématique de la forêt tropicale, principalement pour la production d’huile de palme », explique Lis Key, une employée d’Animal Rescue à The Dodo. Mais elle reste malgré tout confiante en l’avenir et espère que ses jeunes protégés s’en sortiront bien une fois qu’ils seront relâchés dans la nature, d’ici quelques années…