Cette femme « trans’espèce » a déjà dépensé plus de 45 000 euros pour se transformer en dragon


Née sous le nom de Richard Hernandez, Éva Tiamat Medusa était un homme qui travaillait pour une grande banque américaine. Mais un jour, alors qu’il est diagnostiqué séropositif, il décide de changer radicalement de mode de vie : il démissionne alors de son poste de vice-président de la banque où il travaillait et commence à entamer une transformation aussi surprenante qu’inattendue.

Après avoir changé de sexe, Éva Tiamat Medusa fait maintenant tout pour réaliser son rêve le plus cher : devenir un dragon.

Des origines reptiliennes :

« Il y a des raisons profondes à ma transformation. Avant j’étais vice-président de l’une des plus grandes banques des États-Unis et je suis parti quand, parce que je suis devenu séropositif, j’ai eu peur de mourir, » explique-t-elle à The Mirror. « J’ai décidé à cet instant précis qu’il était temps pour moi de changer de vie. Je voulais ressembler à quelque chose qui n’était plus humain. »

Son choix s’est alors arrêté sur un reptile, et pas n’importe lequel puisqu’il s’agit des dragons ! « J’ai deux mères : l’une est ma mère biologique d’origine et ma deuxième naissance est à mes parents reptiliens, qui sont les serpents à sonnettes », confie-t-elle. Ce qui lui a sans aucun doute également motivé pour se transformer.

 Une vraie femme-dragon !

« J’ai huit cornes sur le front, j’ai fait enlever mes oreilles, j’ai le nez remodelé, la plupart des dents enlevées, la partie blanche de mes yeux tachée ; ma langue a été coupée, tout mon visage est tatoué et j’ai eu des scarifications et des marques sur ma poitrine et mon poignet », affirme-t-elle à Lifestyle pour résumer toutes les modifications qu’elle a faites sur son corps.

Et pour atteindre son objectif, elle n’a pas lésiné sur les moyens puisque Éva Tiamat Medusa a dépensé près de 45 000 euros afin de réaliser son rêve.

Fière de sa nouvelle apparence, cette femme classée « la transsexuelle la plus modifiée du monde » espère également que son parcours peut aider d’autres personnes qui se sentent mal dans leur peau. « J’espère que mon histoire aidera d’autres personnes – pas seulement ceux qui ont vécu des moments difficiles, mais aussi ceux qui ont perdu espoir », conclut-elle.

En tout cas, même si son mode de vie et son apparence sont très différents de ce que l’on voit habituellement, le plus important c’est qu’elle se sente heureuse telle qu’elle est. N’est-ce pas ?