Des chercheurs ont réussi à créer une rétine artificielle qui pourrait redonner la vue à des millions de personnes !


À l’Institut Italien de Technologie, une équipe de scientifiques a pu mettre au point une rétine artificielle qui pourrait bien redonner de l’espoir à ceux qui ont perdu la vue à la suite d’une dégénérescence rétinienne. Il s’agit en fait d’un implant rétinien capable de convertir la lumière en signal électronique. À son tour, ce signal va stimuler les neurones pour permettre au cerveau de donner une réponse.

Bien que l’expérience n’ait été menée que sur des rats, ce nouvel implant demeure très prometteur.

Créé à partir de polymère

D’après les scientifiques italiens qui ont mené à bien leur expérience, cet implant serait fait d’une couche de polymère conducteur qui recouvre un substrat à base de soie, et qui est enveloppée par un polymère semi-conducteur. Le fait est que cette dernière couche fonctionne comme un matériau photovoltaïque qui capte les photons de la lumière, à la manière des photorécepteurs naturels de l’œil qui aura été lésé. Et c’est de cette manière que les neurones de la rétine seront stimulés !

Un succès chez les rats

La rétine artificielle a jusqu’ici été testée sur des rats de laboratoire qui font partie du programme RCS (ou « Royal College of Surgeon rats »). Une fois l’implant installé dans l’œil des rats, il fallait patienter 30 jours pour la guérison avant d’examiner les capacités visuelles de ces rats. Il a dès lors été découvert que ces rats dotés d’implant rétinien répondent de la même manière à une lumière de 4 à 5 lux que des rats en bonne santé !

Six mois après l’opération, les scientifiques italiens ont répété l’expérience et ils ont pu s’assurer que les implants fonctionnaient encore très bien…

Des résultats prometteurs

En se servant de la tomographie par émission de positions (TEP), ces chercheurs ont pu suivre l’activité cérébrale de ces rats et ont alors découvert une augmentation de l’activité du cortex visuel primaire des rats pour traiter l’information visuelle. Ce qui indique donc que la rétine artificielle active directement « les circuits neuronaux résiduels dans la rétine dégénérée ».

Malgré tout, il est important de ne pas se réjouir aussi vite, car il reste encore de nombreux tests à faire avant que ces implants ne soient opérationnels pour les humains. « Nous espérons reproduire chez l’homme les excellents résultats obtenus chez les animaux. Nous prévoyons de réaliser les premiers essais chez l’homme au cours du second semestre de cette année et de recueillir des résultats préliminaires en 2018. Cet implant pourrait être un tournant dans le domaine du traitement des maladies rétiniennes extrêmement débilitantes », explique Grazia Pertile, une ophtalmologiste qui a participé à cette expérience.